Analyse The Neon Demon cinema

[Critique] The Neon Demon – Un film à la mode en quête de styles

Elle Fanning Poster Exemple

Au prix d’une perfection mortifère, la vie crispée de la mode brûle mal ses imperfections. Dans les cendres collantes, le réalisateur Nicolas Winding Refn y a exhumé un motif à la fois dérangeant et délicat à styliser pour créer Neon Demon. D’une élégance personnalisée, Drive (2011), le minois angélique de Ryan Gosling et la violence frénétique ont porté le cinéaste précité à une sommité populaire. Dans l’espoir de fidéliser une audience acquise et de nouveaux spectateurs exigeants, Only God Forgives (2014) incitait Ryan Gosling à travers un mysticisme déstabilisant, élitiste, et un semi-échec critique. De chic et de choc, des tenues transparentes aux fantasmes, Neon Demon rayonne artificiellement autour de l’actrice Elle Fanning sans capacité à dénoncer efficacement voire sortir des clichés visuels d’une publicité digne des plus grands parfums mondiaux.

« Variations sur Elle Fanning ».

Avis Neon Demon Nicolas Winding Refn
L’idée de marcher sur Los Angeles lançait le film avec un certain panache.

Jesse (Interprétée par Elle Fanning), 18 ans à peine, vit seule dans l’ombre moite d’un motel de Los Angeles. Visage rond, d’un profil filiforme élancé et élégante de simplicité, son physique détonne dans une ville fondée illusoirement sur le rêve américain, alimentée par le monde éphémère du mannequinat, enragée d’observer une innocente inexpérimentée devenir l’icône de mode la plus prisée du moment.

Analyse The Neon Demon cinema
Tour à tour maquillée et imaginée en une Athena moderne, Elle Fanning fascine indéniablement. Avec un procédé devenu une manie du réalisateur, la personnalité est à découvrir au fil du film. Encore faut-il développer des personnages plus intéressants.

The Neon Demon, tout comme Drive et Only God Forgives, renoue avec un scénario-portrait: seuls les rares dialogues, les murmures et les racontars émaillent la personnalité de Jesse. Pierre précieuse par mi les bijoux-fantaisie, l’éclat fragile du film étincelle difficilement au-delà de la très claire formule prononcée par la protagoniste aux ¾ du récit : « Elles veulent être moi. » . The Neon Demon convoite le raffinement d’une tragédie écrite par Shakespeare en troquant les rouages d’un Othello contre des ficelles grossières. Le scintillement malsain réussi de la bande-son originale honore un dénouement fatal sans oublier de cerner le « moi » devenu, en réalité, non plus une marque de caractère mais une question de beauté.

Être prétentieusement belle ne signifie pas l’être. Esthétiquement, Neon Demon démontre des certitudes excessives au point de nous lasser, de nous ternir voire de provoquer l’indifférence face à la volonté de transformer Elle Fanning en douce proie servie cruellement à trois panthères jalouses.

Beauté plastique

Nudite The Neon Demon
Tout concourt à nous rappeler l’impact visuel très codifié des nombreuses publicités de parfums.

The Neon Demon s’approprie de grandes lignes du langage visuel publicitaire : langoureusement, la caméra multiplie les focalisations sur les poses lassives, conçoit des associations d’idées démagogiques où les mises à nu au détriment d’un contenu dénonciateur puissant. Nicolas Winding Refn n’érige pas Elle Fanning en muse, elle devient une source de convoitise où le corps dispose d’une valeur marchande chiffrée par les années : « Je ne suis pas douée, mais je suis belle. », tels sont les mots scriptés par le réalisateur à l’intention de l’actrice.

Hors des scènes de luxure absurdes (Nécrophilie, fantasmes masculins …) l’intérêt majeur du long-métrage consiste à classer le botox, la chirurgie esthétique déformante et la démesure des implants mammaires parmi des dénaturations passées de mode. Dans la multitude, les longs cheveux d’ange, les petites mensurations, la peau non lissée de Jesse valorisent non pas son état naturel mais plutôt une pureté habituellement corrompue, vendue, compromise par la professionnalisation et les déboires du mannequinat. Pour plus d’impact, la différenciation pourtant nette vire en un déluge sanglant, gratuitement conçu pour choquer avec force.

Avec un sujet d’idées, The Neon Demon plonge dans la facilité de dénuder des courbes féminines. Le constat mi-teinte noie la pertinence d’observations piquantes dans un rendu visuel assommant de prétentions.

La surface des belles idées

Non Sens Cinema Nicolas Winding Refn
L’abstraction s’estompe au profit de minutes gagnées sur la réalisation finale.

The Neon Demon excelle à montrer (Dans le sens « monstrueux » du terme.) des malaises sans pouvoir exploiter pleinement les zones sensibles. La menace de Reines Vierges américaines revisitées, le scénario s’empare d’une noble notion : le danger masculin, quasi inexistant ou cauchemardé, échoue avec férocité auprès de trois prétendantes à crocs. Or, les deux justifications apportées à ce déplacement intéressant se limitent à une érotisation bestiale et la volonté jalouse de vengeance.

Le non-sens d’Only God Forgives, désormais assagi, devient une nécessité superflue au bon compte de quelques minutes muettes gagnées sur un sentiment de prétention. Les plus longs instants ont leurs illustrations : être témoin de massacres ordinaires traités à la manière d’un banal fait divers ou la contemplation de triangles lumineux, le cinéaste ennuie, assène ses idées jetées en brouillon et rajoute du sang à la place de mots.

Là où de nombreuses réalisations d’épouvante italiennes laissaient libre court à la jeune innocente, Neon Demon accentue la cruauté tout en oubliant toute notion de mouvement : en dehors d’une course-poursuite inexploitée résumée à une ou deux pièces dans un manoir immense, la réalisation joue le rôle d’un paparazzo en pleine écriture d’un potin malheureux à Los Angeles.

Note Harley Quinn se venge testThe Neon Demon dévoile un potentiel gâché. Le non-sens, certes, disparaît. La beauté, pourtant, ne manque pas d’observer le maquillage innocent d’Elle Fanning sans dépasser ce seuil. Nicolas Winding Refn prive les spectateurs de messages pertinents pour une consommation rapide de sa réalisation. Au-delà de l’érotisme ou de séquences à la limite du soutenable, à la seule manière d’en imaginer la violence, The Neon Demon enseigne mal sans peut-être même à séduire un éventuel nouveau public recherché.

On a aimé :

+ Elle Fanning. (Malgré un charisme limité)

+ Une ambiance musicale oppressante réussie.

+ Quelques idées abordées par rapport au monde (Impitoyablement illustré) du mannequinat.

On a détesté :

– : Une violence débordante, inefficace, troublante et étrangement concentrée indifferemment en tout fin du film.

– : Une prétention visuelle assommante et difficilement justifiable. (Gagner quelques minutes ? Donner des indices déjà courus d’avance ?)

Publicités

13 réflexions sur “[Critique] The Neon Demon – Un film à la mode en quête de styles

  1. Je ne l’ai pas encore vu (loupé au ciné je pense acquérir le blu-ray selon le steelbook qui sortira)… mais ce que tu en décris ne m’étonne pas beaucoup.

    Même si au final je me suis mis à l’apprécier je trouve NWR très surcoté.
    Il a son univers propre, ce qui est une grande qualité certes, mais il fait passer la violence pour de l’art, (je suis pourtant assez … « friand » … de violence) mais je trouve assez hallucinant de voir les journalistes et critiques « subjugués » par une filmo au final composée de violence totalement gratuite, sous couvert d’art limite abstrait…
    Si je le trouve désormais excellent, j’avais mal digéré Drive à l’époque, vendu comme un thriller culte, qui se révélait être un film muet ultra-violent…

    et j’ai l’impression que gargarisé par les critiques, le réalisateur se complet dans son style…
    Potentiel gâché comme tu dis

  2. J’ai vraiment aimé ce film, sauf la fin à partir de la piscine que j’ai trouvé inutile. Je ne suis pas d’accord avec toi sur la prétention visuelle. Je reconnais que l’image et chargée et qu’il y a beaucoup trop de symboliques pour s’y retrouver, mais je vois plutôt cet excès visuel comme une volonté de tout dire, de rendre hommage à trop de choses.

    1. Merci pour cet avis intéressant. Je reviens sur l’idée « rendre hommage à trop de choses ». Sauf erreur personnelle, The Neon Demon ne donne pas cette sensation de grand hommage. Il y a une dénonciation, elle est certaine. Il y a des symboles, oui. Par contre, le dégoût face au film vient plutôt d’une certaine passivité. Le film se remplit, fort heureusement, par des symboles librement choisis mais globalement tournés vers les thèmes principaux du film : le fantasme sexuel, la morbidité et le parcours de femmes dans une société forte semblable à la nôtre. (Hélas.)

        1. Lorsque l’on parle de sujets avec passion, une certaine constance s’en dégage. (Même si l’écriture ou certaines idées finissent inévitablement par changer au fil du temps.)

  3. Un film prétentieusement beau ne signifie donc pas qu’il l’est, si je lis correctement, à ma manière, entre les lignes de ta chronique.
    Perso, j’ai fait l’impasse sur ce Demon défilant sous les Neons mordants du mannequinat. Je n’avais pas envie de ce genre de « tripes ».

    1. En comparaison, Only God Forgives, critiqué sur le Blog La Maison Musee, était plus esthétique. Il était vraiment plus impressionnant, plus osé et plus marquant. Ici, avec The Neon Demon, Nicolas Winding Refn s’appuie sur une réputation. Et il est capable de belles choses. Pour avoir revu Drive et en repensant évidemment à sa précédente réalisation, The Neon Demon est, d’un point de vue personnel, bien en deçà.

      La raison principale, ce sont ses abondances de facilités. En dehors de corps nus, de scènes de sexe, de quelques images où Elle Fanning est costumée (Et encore, il n’y a pas la finesse des précédents films …), il n’y a rien d’édifiant, de remarquable, de fin : je n’ai rien retenu de  » Beau « .

      Cela dit, tu as loupé peu de choses. 😉

Réagir à cet article ? Postez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s