[PS4] Shovel Knight – Promu chevalier rétro de l’indépendance

Jeu Retro recommandes

Comment exprimer une nostalgie inspirée avec sincérité ? L’étincelle qui a précédé la création de Shovel Knight était peut-être celle là, une franchise indépendante nourrie aux gros grains de pixels d’antan. L’indépendance, oui. L’indépendance a souvent un prix dématérialisé. Le studio Yacht Club entend bouger les lignes en allant au bout du projet : amener les joueurs nez-à-nez avec le blu-ray de leur jeu. Proposer une boite qui respire le neuf. Rédiger un mot à l’intention des acheteurs partenaires. Face à une bouille choucarde de pixels, comment résister à un prix réduit de 20 € ?

Idée creusée.

OST Shovel Knight PS4
Même si sa bande-son est à télécharger … Les jeux qui proposent leur ossature sonore se comptent sur les doigts d’une main.

La nostalgie n’est pas une finalité, s’essayer franchement aux meilleures créations possibles l’est. A priori, Shovel Knight ne casse pas des briques d’originalité : il correspond à un plaisir préférentiel à moderniser de vieilles recettes. Façonner le personnage de Shovel Knight a été possible à partir d’expériences à réactualiser est devenu le meilleur remède à la mélancolie des joueurs, sans répétition et sans ressortir nos antiques supports. (La Super NES de Nintendo aura toujours une place gardée dans le curriculum vitae d’un joueur.) L’avalanche des excellents retours critiques salue autant la pertinence du compromis, c’est-à-dire créer du neuf à partir de vieux principes, que la précision du projet : Shovel Knight a tout d’une expérience adressée à tous sur un nombre impressionnant de consoles récentes.

Shovel Knight est une alternative séduisante dans le commerce du jeu vidéo. Le studio Yacht Club ne pleure pas à chaudes larmes pour attirer l’inimitié des joueurs : il s’appuie sur une simplicité et une réputation « boule de neige ».

La graine de l’indépendance plantée.

Shovel Knight Avis Blog
Shovel Knight écrit l’une des belles (Et rares !) histoires du site participatif KickStarter.

Chaque exemplaire se dote d’un message de remerciement : « Merci de nous soutenir. » Sans compter sur l’existence d’une notice traduite de plus de 40 pages, d’un accès à la bande-son du jeu sans oublier un large choix de contenus dématérialisés. (Sous la forme de contenus téléchargeables.) Shovel Knight a tout d’un chevalier errant produit quasi à perte (Ou à la marge réduite). Avec une volonté jusqu’au boutiste, la ressemblance aux jeux 8 bits trouve résonance dans un decorum devenu inhabituel. (Notice papier, boite, blu-ray …) Sans véritablement le revendiquer, Shovel Knight se confond à une édition à collectionner : en dehors d’internet et des boutiques spécialisées, Shovel Knight nous fait la cour en furtif. La boite constitue son atout décisif : bien plus qu’une protection ou une raison économique (La possibilité de revente si le jeu ne plaît pas.) les créateurs exhortent les réfractaires du dématérialisé, les sceptiques des créations indépendantes, c’est-à-dire une manne considérable à ramener du bon côté de la pelle …

Bénéficiant d’une bonne presse, conçu tel un jeu complet comme les autres, Shovel Knight s’inscrit définitivement dans l’avenir.

Clins d’œil (Easter Eggs) à la pelle.

Notice Shovel Knight Studios Yacht Club
Le contenu de Shovel Knight dévoile la simplicité et l’exigence de son jeu. Proposer le meilleur avec l’essentiel.

Shovel Knight veut être adoubé par ses pairs : le meilleur moyen pour atteindre cette fin est encore de les imiter respectueusement. Codé à la manière d’un Super Mario Bros, Shovel Knight synthétise plusieurs éléments finement télescopés venus de The Legend of Zelda, prend l’exemple de Castlevania sous sa forme originale. (8 Bits) Les développeurs de Yacht Club ont beau exister un peu plus sereinement grâce aux dons participatifs (Shovel Knight fait partie des rares réussites de la catégorie sur le site KickStarter.), les hommages rendus à d’autres studios et des franchises internationales rappellent l’entrée légitime de Shovel Knight dans la large famille du jeu vidéo : God of War ou Dark Souls ont leur place dans le monde du chevalier à la pelle.

Ces exemples non exhaustifs créent des liens cohérents. Des éléments éparpillés avec malice, évocateurs et utilisés dans l’objectif  d’entrer par la petite porte du grand monde du jeu vidéo.

Shovel Knight réunit toutes les conditions d’un coup de cœur. Et de son évocation sur le Blog LaMaisonMusee.com . De fait, il dispose de tous les arguments pour rejoindre votre collection. Shovel Knight écrit une histoire quasi merveilleuse dans le récit contemporain du jeu vidéo : les acquis efficaces de la génération 8 Bits sert de tremplin voire de sa raison d’exister en version boite. Derrière un récit chevaleresque, l’indépendance des studios Yacht Club inspire un code vraiment admirable mâtiné de simplicité, de plaisirs, d’initiatives et d’une réussite portée à bout de bras.

Publicités

3 réflexions sur “[PS4] Shovel Knight – Promu chevalier rétro de l’indépendance

  1. L’article est (comme d’habitude sur ton blog 😉 ) très bien écrit, même si Shovel Knight se revendique plus de la période NES que Super NES.
    J’ai eu l’occasion de finir (je m’y suis forcé) une première fois ce jeu de plateforme, récupéré en démat’ sur PS Vita en 2015. J’ai trouvé les clins d’oeils sympas, l’aventure bien faite, mais finalement rapidement lassante. Le coté « 8 bits avant tout », la difficulté rendue artificiellement corsée, et les trophées absurdes du type « finir le jeu sans mourir une seule fois » m’ont un peu laissés sur ma faim.
    Ce genre de jeu, qui devrait avoir une durée de vie et une rejouablilité importante, se retrouve finalement assez court et trop peu surprenant pour motiver le joueur à effectuer plusieurs runs.

    Dans le genre 8bits + aventure corsée, j’ai largement préféré le moins connu et plus abrupt « La Mulana ».

    1. Merci pour tous ces compliments ! Le côte « SNES » s’est justifié par impression sur l’aspect visuel. (Et par une meilleure connaissance de la seconde machine suggérée plutôt qu’à la NES.) Cela dit, ton jugement et ta remarque se fondent clairement sur les faits.

      A propos du jeu, il serait difficile d’entamer un véritable échange à ce propos. Le jeu n’a pas bougé d’un iota. Il n’a toujours pas été essayé. Là, ce n’est pas par manque de temps mais plutôt par manque d’envie de rester plusieurs heures devant la console en ce moment.

      Sa bonne presse, sa mine toute sympathique et ses nombreux aspects à découvrir incitent toujours autant à « creuser le sujet » … Une critique verra probablement le jour, mais ça, il faudra y jouer pour être tout à fait exact !

Réagir à cet article ? Postez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s