[Impressions] Le Hobbit La Bataille des Cinq Armées – Le film de trop?

Details Anneau Le Hobbit La Bataille des Cinq ArméesClore la trilogie Le Hobbit n’est pas un rôle simple. Être une suite l’est encore moins. Transmettre aux spectateurs l’idée d’un épisode artificiel est encore plus gênant. Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées a provoqué une attente outre-mesure qui est faite de peu de choses, de peu de révélations et d’une forme de déception. Ultime volet, paradoxalement le plus court de la Saga Le Hobbit, Le Hobbit 3 donne un goût d’inachevé et de gâchis. Comment justifier un nouvel épisode tronqué, moins impressionnant et finalement dispensable à la fresque littéraire laissée par J.R.R Tolkien ?

Combler avec du déjà-vu

Roi Nain DecorLe Hobbit : La Bataille des Cinq Armées nous conte la reprise d’Erebor, ancien royaume des Nains. En délogeant le dragon Smaug, autrefois endormi et gardien des richesses de la Montagne, la « Compagnie » formée de 12 nains, de Gandalf le Gris et Bilbon Sacquet engagé comme cambrioleur-voleur ont atteint leur objectif. Cependant, la Terre du Milieu et ses multiples factions ont toujours convoité Erebor pour sa place stratégique et ses atouts géologiques.

Nains Erebor Bataille Cinq Armees

Peter Jackson est un peu l’élève ne savait pas comment terminer sa copie. Ou plutôt qui a eu l’ambition d’un plan en trois parties à la manière du Seigneur des Anneaux. Alors que la première trilogie est une adaptation de trois livres différents; Le Hobbit ne compte qu’environ 300 pages à adapter à partir d’un seul et unique ouvrage. Le problème majeur de Le Hobbit 3 est d’avoir brodé bien plus que d’avoir organisé un récit.

La sensation finale forme un paradoxe. A la fois, nous ne sommes pas devant une suite : les 10 premières minutes du long-métrage reprennent immédiatement le récit inachevé de Le Hobbit 2 : La désolation de Smaug. Après quoi, l’introduction qui est plutôt une promesse commerciale de ce qui devait arriver, confirme l’écran-titre « Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées ». En même temps, il faut justifier ce statut d’épisode final. On se dit qu’en 2h20, il était indispensable de le narrer, que l’intérêt s’avère si conséquent qu’il permettait de créer une suite. Finalement, le scénario reste sur ses acquis, dépasse le temps qui lui est imparti pour laisser soigneusement des questions en suspens et remettre au devant de la scène de nombreuses évidences déjà perçues dans les précédents épisodes. On ne jette pas la pierre à un ou deux flashbacks nécessaires mais les répétitions (Attitude de Thorin); les échanges de banalités (Tauriel et le roi Elfe sur l’amour …) et les dialogues assez creux (« Ne me le cassez pas! », Gandalf, à propos de Bilbon) sont légions. Trop pour ne pas comprendre qu’au lieu de 2h20 et de zones d’ombres laissées artificiellement pour une version longue, Le Hobbit La Bataille des Cinq Armées aurait pu être bouclé en bien moins de temps. Mieux encore : être inclus ou synthétisé dans les deux autres réalisations.

WETA Effets Speciaux Hobbit
La reprise d’Erebor n’est pourtant pas un récit dénué d’intérêt. Il est simplement maladroitement proposé …

Le grand défaut scénaristique de La Bataille des Cinq Armées consiste à se disperser. Tellement et à un tel point que, ce qui était intéressant de prime abord passe au second plan. Cela est dû à des coupes conséquentes dans le récit, (Comment expliquer que Legolas et Tauriel soient quasi au Nord de la Carte et reviennent, 2 scènes plus tard, à cheval sans plus de détails?) un intérêt pour le spectacle bien plus que pour les dynamiques du scénario (L’anneau est quasi éclipsé du récit; que devient Tauriel, le personnage inventé par le film?) ou à des lourdeurs fréquentes. (Le thème de la folie du roi; le second du Maitre de Lacqueville qui devient un pitre que l’on pardonne pour sa lâcheté …) Ni épique ni consistant, le scénario nous laisse sur un vide de 2h. Les détails, qui auraient pu être développés et faire l’objet de ce film, sont bafoués en faveur de la grandiloquence, de la bataille, d’effets spéciaux qui feront les bons sentiments ou la conquête commerciale du Box-Office

Malgré un néant scénaristique, ou plutôt le rappel de ce que nous savons déjà, les rappels à la Trilogie Le Seigneur des Anneaux constitue quelques points positifs de l’oeuvre.

 Un univers visuel limité

Bilbo Martin Freeman
L’épisode 3 du Hobbit rappelle ses tenants et ses aboutissants avec la Trilogie du Seigneur des Anneaux mais perd ce qui faisait « son » charme.

Récit d’aventures et de découvertes par excellence, La Bataille des Cinq Armées s’avère une fois de plus différent des épisodes précédents. Peter Jackson force le trait de ressemblance aux affrontements de Le Seigneur des Anneaux pour nous partager, une fois de plus. Visuellement, les effets spéciaux s’avèrent convaincants (Smaug; les multiples armées en marche …) tout en décevant dans leur usage. (Legolas joue sautant de pierre en pierre sur un pont en train de s’écouler; les paysages qui forcent la saturation …).

L’épisode le plus ambitieux et le plus arbitraire propose un univers plus restreint, moins passionné et moins varié. Cela est dû, évidemment au genre « bataille » mais aussi aux nombreuses recoupes, aux redites et cette volonté d’être « partout » et nulle part. Les rares moments autres qu’au coeur d’Erebor sont vite évincés et les références à la précédente Trilogie très fortement suggérées. Y compris dans ses effets spéciaux, domine encore le sentiment d’une ambition mal gérée.

Bataille Hobbit 3L’ultime épisode de la trilogie joue sur les apparences pour habiller ses ambitions. On ne peut pas être plus clair à ce propos : malgré des fautes de goût et des abus (Le cousin de Thorin, capable d’anéantir des armées seul ? On peut s’embrasser et se saluer sur le terrain de bataille ?), les scènes de bataille au centre du récit font de l’effet. Séparer le fond et la forme n’est pas payant. Inévitablement même, cette séparation révèle les défauts déjà énumérés …

L’échec des sentiments

Tauriel Amour Hobbit
Evangeline Lilly incarne bien son personnage. En revanche, la thématique de l’amour est poussée jusqu’à l’épuisement.

Les acteurs ne sont pas la cause de la non-efficience des émotions. Là dessus, le film n’arrive pas non à rivaliser avec ses épisodes précédents. Ce sera plutôt du côté des exigences et de la mise en scène que l’effet ne fonctionne pas comme il devrait l’être. Difficile d’être ému par les enfants de Bard; par l’amour de Legolas pour Tauriel ou d’être réellement concerné par des personnages. Il y a quelque part un « trop » de quelque chose : des apparitions très courtes; des émotions trop synthétiques pour des conséquences trop brèves.

Fin Hobbit Bataille des Cinq Armees
Le lien Gandalf-Bilbon parait inachevé.

Si l’on s’en tient aux faits, comment peut-on envisager environ 10 minutes de fin, quelques conseils et quelques bafouilles pour une aventure extraordinaire qui a duré exactement 13 mois ? La fin de récit est lacunaire, très réservée, à la fois bienvenue et insuffisante. Une fois de plus, il s’agit de l’image que nous nourrissons à l’égard de La Bataille des Cinq Armées : à la fois dans le « trop » et le manquement à des principes clefs. Que l’on préfère la simplicité à la fin larmoyante est respectable; mais que l’on termine ce récit sur quelques mots, surtout que la fin est attendue, parait être très simplifié.

Roi Elfe Le Hobbit Bataille des Cinq Armées

Note Harley Quinn se venge test

Le Hobbit La Bataille des Cinq Armées devait être épique. Dans une certaine mesure, il est une suite artificielle. Ses effets spéciaux le rendent particulièrement brillant. En allant au-delà des apparences, en revanche, le film ne parvient ni à briller par son scénario répétitif, ni par ses personnages pourtant introduits spécialement pour le film, ni par ses décors. A bout de souffle et amputé d’une partie de son contenu, Le Hobbit 3 induit la nécessité d’une version plus complète : la version longue, à paraitre d’ici 9 mois … Domine, à l’image de cette attente, l’ambition commerciale plus que cinématographique. Difficile pourtant d’avouer que Le Hobbit 3 est un raté : il n’est ni à la hauteur des autres épisodes ni de la même qualité que Le Seigneur des Anneaux. On le perçoit bien plus comme un épisode poussé par des nécessités d’exploitation …

On a aimé : 

+ Les liens et les connexions à la trilogie Le Seigneur des Anneaux
+ Les effets spéciaux dans une certaine mesure … (Smaug, Fluidité des batailles)

On a détesté : 

– Les premières minutes : l’impression d’une amputation à Le Hobbit 2 : La Désolation de Smaug
– Les effets spéciaux et leurs abus. (Legolas ? Décors ?)
– L’impression d’un film inachevé ; la nécessité d’une version longue. 
– Répétition et « déjà-vu » dans la progression du scénario.

Publicités

5 réflexions sur “[Impressions] Le Hobbit La Bataille des Cinq Armées – Le film de trop?

  1. Du même avis, déçu de ce troisième volet même s’il n’est pas mauvais en soit, juste moins bon que tout le reste. L’impression que Peter Jackson n’avait plus d’inspiration, certains dialogues sont navrants. On sent également que le film a été coupé à la hache au montage. Par contre le réalisateur s’est fait plaisir avec la bataille, même si elle n’est pas aussi épique que dans le Seigneur des Anneaux, il y a quelques bonnes trouvailles.

    1. Une inspiration commerciale en somme. La bataille possède de bons passages mais certains sont complètement abusés voire très très prévisibles … Thorin regarde son plus grand ennemi du moment dans la glace, sans réagir; Barde qui empale un ennemi à l’aide d’un saut de chariot etc.

  2. Un peu du même avis. Ce troisième Hobbit m’a plutôt déçu et je trouve ça dommage pour clôturer la saga de la Terre du Milieu. Pour moi, la trilogie du Hobbit ne pourra jamais rivaliser avec celle du Seigneur des Anneaux qui était nettement meilleure. Malgré tout on passe quand même un bon moment. J’ai eu comme l’impression qu’il manquait pas mal de scènes, que nous aurons probablement dans la version longue et qui j’espère me donnera une meilleure impression globale du film. Et je confirme les personnages ne nous transmettent aucune émotion… Mon préféré reste le deuxième volet même si la rencontre avec Smaug est un peu longue. J’ai vraiment été déçue qu’ils s’en débarrassent si vite dans l’introduction du 3e film. Ça ne rend pas honneur à ce dragon pourtant si charismatique. (D’ailleurs c’était quoi cette agonie ridicule…).

    1. J’ai l’impression que le film a été amputé au maximum de 20mn à 30mn.

      La fin de Smaug aurait été plus cohérente dans le second film. Du coup, les quelques 10 minutes d’introduction auraient paru moins ridicules. On sent même que son « agonie » mise en scène pour ce 3e volet est un argument de plus : « Venez en salles pour voir ce qu’il advient du reptile! »

      Ce qui faisait son intérêt, le côté découverte, est totalement absent dans ce nouveau film. Par conséquent … L’identité de la Saga perd un peu de sa dynamique. Peut-être que la véritable conclusion sera apportée par la version longue ? (Sans forcément s’attendre à des merveilles cela dit …)

Réagir à cet article ? Postez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s