[PSN+ du mois] The Binding of Isaac – Imagination 16 Bits (PS4 PSVita)

Logo Binding of Isaac PS4 PSVita

 

Le « PSN+ du mois » est une nouvelle catégorie d’articles sur le Blog La Maison Musée. Avec notre premier téléchargement de The Binding of Isaac avec le programme PlayStation +, une idée est venue. Pourquoi ne pas expliquer, justifier et notre choix ? En s’affranchissant des codes d’un test, d’impressions ou d’une démo’, l’idée est d’essayer, à votre tour, de vous convaincre de notre coup de coeur « gratuit » ou plutôt « louable » proposé par PlayStation en échange d’un abonnement d’environ 5€ par mois.

Pour le mois de Novembre 2014, notre « coup de coeur » (Ce n’est pas rien de le dire sans mauvais jeu de mots …) s’est porté sur The Binding of Isaac Edition Rebirth. On l’attendait de pied ferme, depuis un sacré (!) bout de temps. Economique, très référencé, surprenant, totalement aléatoire et accessoirement indépendant, The Binding of Isaac cache sa modestie par une simplicité déconcertante de 16 Bits de graphismes. Et une imagination débordante capable du meilleur tout en étant exigeante envers ses joueurs.

La Bible rencontre le monde des pixels … Et accessoirement la légendaire NES

Characters Isaac Rebirth DLC
Isaac, ou le récit d’une enfance « cauchemardesque ».

The Binding of Isaac est une création de la « Team Meat ». Oui, Meat Boy : ce même morceau de viande qui renvoie directement Mario dans ses buts en frappant fort dans la sphère indépendante du jeu vidéo ! Derrière l’histoire d’Isaac, nous retrouvons les deux cerveaux-développeurs Edmund McMillen et Florian Himsl.

Isaac est le prénom choisi et porté par un garçon d’un âge indéterminé voué à un terrible destin théorique. En quelques gribouillis graphiques, le joueur comprend dès l’introduction qu’Isaac échappe à la déraison d’une mère endoctrinée par « une voix », probablement Divine. Cette dernière envisage de « sauver » son fils par un sacrifice; c’est par le souvenir, le repli sur-soi et l’exploration de son imagination qu’Isaac s’échappe grâce à une trappe cachée dans sa chambre. Parabole littéraire et vidéoludique, la descente de notre héros dans des sous-sols inconnus ressemble plutôt à un échappatoire imaginé : chaque partie vous fera visiter des recoins aléatoirement générés par le jeu si bien qu’aucune de vos parties (Et il y en aura en raison de la difficulté!) n’aura la même apparence ni la même difficulté et ce, jusqu’aux ennemis et Boss de chaque fin de niveau.

Objets Isaac Rebirth
The Binding of Isaac est un paradoxe : un personnage mignon est confronté à ce qu’il y a de plus horrible. Du sang, des organes, des insectes, des immondices : pire encore qu’un imaginaire noir !

Tout le système repose sur un schéma très ancien … et pourtant renouvelé. Quelques éléments le suggèrent parfaitement : vous disposez de 3 coeurs divisibles en fractions en fonction des dégâts essuyés; vous devrez avoir recours à des clefs pour ouvrir certaines portes. Cette courte liste rappellera grandement les origines de The Legend of Zelda et ce, quelque soit notre affinité ou non à la série créée par Nintendo. Dans des inspirations moins marquées, il faudra être sensible face à un ton libre dans l’usage de vos armes offensives et défensives : de vos larmes initiales, votre avatar pourra espérer se défendre ardemment avec des rayons lasers et bioniques; des jets acides et autres joyeuses en projectiles.

L’émotion vient de la simplicité: The Binding of Isaac Rebirth l’a très bien compris. Au fond des choses, il y a d’une part un schéma répétitif : le fait de remplir 5 niveaux à raison d’un Boss final par stage ainsi qu’un 6e Boss final. D’autre part, l’idée très simple d’un renouveau constant : chaque Boss change; chaque configuration du donjon est modifiée; la distribution des secrets et aptitudes est quasi jamais semblable. Le jeu ne pèse qu’1 GO, n’a qu’un moteur graphique limité, et pourtant, la « Team Meat » suggère suffisamment pour renouveler l’essai. Pour transformer nos échecs en un recommencement intéressé ayant un aspect de curiosité maligne. Parfois, un bon départ est un bon moyen d’assurer une partie jusqu’à son terme.

Fait avec les mains; fait avec le coeur ?

Apparences Isaac
Vous pourrez nouer un pacte avec le diable. Un effet redoutable où le jeune Isaac est DE-VAS-TA-TEUR !!

Les petits moyens font les grands plaisirs. Joueurs PlayStation Vita, réjouissez-vous ! The Binding of Isaac renouvelle le concept de Cross-Buy : lorsqu’un exemplaire est acheté (Loué dans le cadre du PSN+), celui-ci est automatique compatible sur votre PlayStation 4. (Et inversement)En outre, votre progression est sauvegardée via le système de « 3 parties » possibles. Malgré tout, Isaac justifie à peine son tarif initial en 14,99€ à prix fort.

Debloquer challenges Isaac DLC
Les Challenges peuvent faciliter l’aventure … Ou au contraire, la complexifier via quelques modifications par rapport aux niveaux traditionnels !

La « Team Meat » peut notamment défendre la tarification d’Isaac par ses multiples possibilités. Il y a, dès votre première partie, une difficulté monstre. Sur PlayStation 4, joué via joystick ou grâce aux boutons pour utiliser vos projectiles, Isaac prend des airs de Manic-Shooter. Le moindre obstacle, la minuscule projection de feu ou attaque sera punitive. Bien sûr, la vie est récupérable … Encore faut-il trouver des coeurs qui sont assez rares au cours de vos explorations ! Le mode « normal » ne vous suffit pas ? En difficile, souffrez. Véritablement. Dans les « Challenges« , la Team Meat diversifie ses épreuves à travers des handicaps ou des avantages initiaux sur un principe de 5 niveaux et un Boss final.

Trophees Binding of Isaac
En mourant, Isaac lègue ses objets de fortune trouvés dans votre aventure à « Grumpy Cat ». Innocent et terrible, Isaac noue humour et esprit très trash.

Que signifie « Rebirth » ? En exclusivité sur consoles de salon, PlayStation hérite de la version dernier cri la plus aboutie de The Binding of Isaac. Si bien que l’offre PSN+ est finalement une sortie très récente puisque l’édition Rebirth est parue le 04 Novembre 2014. La finalité concerne l’apparence : enfin, l’aspect agréable et doux au regard n’est plus ce moteur graphique digne d’un jeu-flash à charger sur Internet. Nous sommes toujours dans une esthétique du pixel, mais si soigné et si adouci que les 1920p x 1080 de la PS4 rendent l’expérience presque cartoon. Fluide, sans chargements, Il s’agit donc d’une version avec contenu téléchargeable (DLC) ++qui intègre l’idée d’épreuves, de nombreux objets loufoques et capables de transformer votre héros ainsi que d’autres avatars que le jeune Isaac. (7 Personnages au total semblent jouables!)

A coeur ouvert, Isaac et ses limbes

Objets Secrets Fins Isaac PS4 PSVita
Le contenu s’avère simplement massif!

Isaac comporte plus d’une aberration : être volontairement violent (Ennemis et mort récurrente) tout en étant agréable à l’oeil; moderne et incroyablement rétro. En somme, Isaac n’invente rien mais synthétise bien. L’univers d’Isaac est le sien en intégrant un principe de récompenses-carottes : jouer régulièrement, un peu plus et se risquer dans de nouveau donjons revient aussi à vouloir découvrir les mystères de l’histoire (Elle reste assez floue et dévoilée par de brefs séquences); comprendre la finalité de l’aventure non-idyllique de ce jeune homme et surtout de s’amuser à déployer des catégories improbables d’armes, de décorations. Avec The Binding of Isaac, il n’y a pas l’idée d’un « toujours plus haut, toujours plus beau », mais d’un « plus », tout simplement. Explorer toutes les pièces d’un donjon est facultatif. Il rapporte autant au curieux qu’au mauvais joueur de vouloir engranger plus de pièces, et donc plus de possibilités car plus d’ennemis, plus de perte de vie et ainsi de suite.

Systeme Sauvegardes Isaac Binding PS4

L’esprit de l’indépendance est surtout épris d’une « autre » liberté. Elle n’est pas complète (Limitée à quelques donjons ardus) mais place un concept quasi déstabilisant. Vous savez que vous éliminerez presque toujours vos premiers ennemis grâce à vos larmes. Pourtant, vous pourrez peut-être bientôt vous munir d’un compagnon virtuel, d’un changement d’apparence (Adolescence, pacte avec le diable, blessures du personnage, oeil manquant … Les possibilités sont affolantes!) s’accompagnant d’une autre manière de jouer.

Troll Isaac HD
Décidément … Isaac n’a VRAIMENT pas de chance. Jusqu’au bout !

Irrévérencieuse production à l’apparence adorable, The Binding of Isaac nous séduit profondément. Nomade ou fixe, à jouer calmement ou partout sur sa PSVita, il est l’un des titres à relancer notre intérêt sur la console portable et à jouer les compléments sur la PlayStation 4. Merci le Cross-Buy ! Il n’est pas encore trop tard pour céder à l’appel du pauvre Isaac … Il n’attend plus que votre aide pour sécher ses larmes et poursuivre défendre oeil pour oeil et dent pour dent sa propre vie. Plongez et sortez le malheureux personnage de sa position du foetus : il est grand temps de dénouer une création à cheval entre le rétro et le jeu moderne !

Publicités

4 réflexions sur “[PSN+ du mois] The Binding of Isaac – Imagination 16 Bits (PS4 PSVita)

Réagir à cet article ? Postez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s