[Coup de coeur] L’inattendue surprise de The Hobbit face à la Désolation Le Seigneur des Anneaux

Trilogie Hobbit Smaug

En 2013, sur le Blog La Maison Musée, nous avons manqué un bon lot de long-métrages. Faute de temps, faute de disponibilité mais dont nous reviendrons d’une manière ou d’une autre. Parmi nos attentes 2013, une suite à haut budget permet de placer The Hobbit 2 : La Désolation de Smaug hautement dans notre estime.

Habituellement, le haut budget n’est pas forcément un critère de sélection cinématographique. Il ne l’est pas non plus à premier titre dans la suite de The Hobbit : Un Voyage Inattendu. L’expérience d’une nouvelle Trilogie a été une véritable épreuve sur le spectateur encore dubitatif devant la fresque monumentale en trois mouvements du Seigneur des Anneaux. Impossible de se fixer devant la première de M. Peter Jackson : l’univers apparaissait complexe; les batailles nombreuses; le temps s’en trouvait long et le résultat en mi-teinte. La foule de détails échappant au néophyte ne laissait de place à la curiosité et installait une sorte de désintérêt notable, la passivité d’un amateur trop peu préoccupé par les affaires de la Communauté de l’Anneau. Hérétique affiché, vous devez surement médire à bien des plans sur la considération d’une œuvre ô combien ovationnée : malheureusement, Le Seigneur des Anneaux n’a pas su me tendre son Fil d’Ariane, laissant Tolkien d’une part et la réalisation Trilogique de l’autre : ce n’était pas fait pour certaines personnes, pour certains amateurs. Et pourtant ! On se dit qu’il y a matière à être curieux, à s’interroger, de sensibiliser un touche-à-tout ouvert à cette habile et audacieuse entreprise de l’Heroïc-Fantasy cinématographique.

Bref : autant de mots complexes traduisent ce malaise de ne pas comprendre, ne pas saisir l’engouement. Comme dans la recette qui fait mouche chez la majorité, il manquait l’exception et le petit je-ne-sais-quoi qui pouvaient saisir l’exigence. Son absence ou son trop-plein, qu’en dire si ce n’est que devant la longueur du film, s’étendait la longévité du visionnage. Désolé pour les offensés, les hommages aux fans, éteignez les briquets : nous allons couvrir l’incendie.

Moria Or Smaug
Martin Freeman devient le héros que l’on n’attendait précisément pas. Ou du moins, ce que semble nous prétendre les différentes bande-annonces et attentes dans ce 2e volet de la Trilogie The Hobbit !

La réconciliation avec le cinéma de Peter Jackson et l’univers littéraire a été franchi à la base. Conçue comme une préquelle en trois actes, The Hobbit se dessine, du moins dans l’idée, comme la construction de la mythologie Star Wars au cinéma en 2 temps et 6 productions cinématographiques. Dans le dernier cas, autant dire que notre inclinaison est prête à accepter les épisodes IV à VI comme des films centraux et initiatiques par appréciation personnelle à la complexité cosmologique Star Wars. Cette logique doit être parfaitement semblable concernant Le Seigneur des Anneaux.

Et pourtant, il nous semble que ce que l’on pouvait reprocher plutôt aux trois premières productions Seigneur des Anneaux s’en trouve tout à la fois modifié et aperçu avec la composante qui ne donnait pas la recette satisfaisante. Dans les caractéristiques essentielles, cela est d’autant plus paradoxal que les acteurs en sont parfois identiques et même point de vue et probable une approche ou sensibilité qui vont confondre les pans de la trilogie. Est-ce dû donc à la narrativité ? A cette vision didactique et quasi pédagogique qui rend la création Lord of the Ring sous une forme de Le Seigneur des Anneaux pour les Nuls ?

Hobbit Affiche Smaug Concours
Ce style très subtil de Smaug suggéré et … Et un petit air à d’anciennes affiches ? (Style Star Wars ?)

Aux Guerres fantaisistes qui, dans les aspects les plus visibles, ont su décevoir le spectateur il y a près de 10 ans (Le Seigneur des Anneaux, ça commence à vieillir!), Bilbo Sacquet renoue avec l’un des aspects si ce n’est le plus important et l’un des plus satisfaisants qui puisse s’adapter à l’univers de Tolkien : l’aventure et son grand « A ». Dans ce mécanisme, la découverte s’en trouve facilitée et pleinement dans son contexte. Malgré un scénario au fond très simple, à savoir la reconquête d’une terre perdue, c’est-à-dire un retour pas-à-pas après un exode, notre troupe hétérogène part avec ses lacunes, ses faiblesses, ses connaissances, ses motivations diverses. De suite, dans les procédés les plus simples du cinéma ou de la littérature, une forme d’affection nait, laisse place aux néophytes et reprend un commencement sain.

Peut-être même que le vocable « humain » choquera et sera contradictoire aux yeux de certains. Mais il y a cette idée qu’en dépit de leurs tailles réduites; des phénomènes surnaturels et de la magie significative à une forme d’Heroic-Fantasy, nos petits bouts de personnages sont « humains ». Pourtant, direz-vous, autant que pouvait l’être Frodon et ses hésitations …  Plutôt hermétique aux troupes d’Orcs qui avaient une apparence franchement taillée à l’effet spécial, les batailles de la Terre du Milieu s’en trouvent atténués par des plans extrêmement larges, une nature saupoudrée d’artificiels mais qui, globalement, passent très bien. Les tonalités virent plutôt vers des couleurs chaudes, varient, et plusieurs heures vous ont permis d’entreprendre plusieurs heures de loisir, et même de pur divertissement.

Trilogie The Hobbit Artwork 11 Decembre 2013
Cette prévision de Trilogie sur 3 années … Une ambition capable d’éloges sur un triptyque ?

On ne pourrait affirmer que la dimension artistique du Seigneur des Anneaux n’a pas été développée : ce serait louper l’une des visées de la première Trilogie. Seulement la variation des décors sous le goût de l’exploration, impliquant directement le spectateur, gagne à être disponible et décliné sous la forme d’Artbooks officiels et particulièrement pertinents à découvrir au-delà du long-métrage. Elle se détache presque nettement; émerveille quitte même à extrapoler et voir dans The Hobbit une sorte de livre-images qui, sans contrainte, pourrez vous pousser à la lecture des œuvres originales. Presque. Quoiqu’il en soit, un panel d’objets dérivés de qualité prolonge les idées et l’imaginaire The Hobbit, occupe le public et vient presque à établir un lien continu et par conséquent « sans temps » mort : une trilogie active chargée d’occuper ses principaux actionnaires, son cher public. A paraitre, après la sortie du 2e long-métrage, un nouveau recueil artistique, nommé Hobbit : La Desolation de Smaug – Chroniques dont les espérances n’auront d’égales que le 1er livret paru et encensé par la critique (4,4/5 de moyenne).

On se dit sans concession que l’objectif est commercial, adapté et donc victime de raccourcis qui méritent des longues versions à paraitre de façon tardive … Toutefois, le rendez-vous est convainquant en raison de sa grande souplesse à expliquer un univers complexe. Ajoutez-y l’idée de fidélisation du public : la notion de la suite à découvrir dès sa sortie pour en connaitre les nouveaux ressorts et bien entendu la fin, si vous étiez déjà présent aux premières séances..

Interpretation Anneau The Hobbit
Au centre de cette nouvelle légende … La forme ô combien symbolique de l’Anneau!

L’engouement est d’autant plus sollicité que Warner sait brandir et jouer le jeu d’une communauté, non pas de l’Anneau, mais de fan-amateurs constituée sous la Trilogie Originale du Seigneur des Anneaux. Produits dérivés, et surtout concours voué à préparer dignement la sortie de The Hobbit 2 : La Désolation de Smaug. Seul critère : être citadin (Ou à proximité de lieux d’affichages) et observateur. Les explications de ce concours organisé par Warner Bros est expliqué pas à pas. , diffusé à grande échelle sur les réseaux sociaux. (Cliquez sur le lien!) On espère pouvoir partager, sur le Blog La Maison Musée, une telle photographie d’ici quelques jours … Et vous tenir au courant de ce processus !

Quoiqu’il en soit, comptez sur nous pour prendre quelques heures de notre temps afin de vous livrer quelques impressions cinématographiques! En dépit d’un budget conséquent et d’un scénario inhabituellement « classique », on ne vous cache pas prendre ce 2e volet comme un rendez-vous d’évasion.

Publicités

2 réflexions sur “[Coup de coeur] L’inattendue surprise de The Hobbit face à la Désolation Le Seigneur des Anneaux

  1. Personnellement, je suis une fan inconditionnelle, bien que j’ai de loin préféré le Seigneur des Anneaux au Hobbit. Dans les tous les cas, c’est le genre de film qu’il est bon de terminer avec une pinte d’hydromel sur le marché de Noël ! 😉

    1. La dernière grosse sortie de la fin d’année 2013, en effet ! C’est un ami qui m’avait fait découvrir le film en début d’année 2013. J’avoue y avoir trouvé un bel intérêt, y compris dans la façon de reproduire l’univers. Les abonnés Canal + seront ravis ce soir avec une séance de rattrapage : The Hobbit 1 repasse avec une expérience, parait-il, inédite de « double écran »…

Réagir à cet article ? Postez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s