[Serie TV] The Walking Dead – Être mort ne suffit pas ?

Comics Serie TV The Walking Dead

Nos chaines TNT se renouvellent et changent des habituelles rediffusions pour quelques sorties du sentier. Bientôt Game of Thrones (D8); et depuis plusieurs mois, The Walking Dead (NT1). Toutefois, rares sont les fois où des chaines assurent une retransmission dans l’ordre chronologique des épisodes. On reprend tout depuis le début avec la Saison 1 et ses deux premiers épisodes : « Passé Décomposé » ainsi que « Tipes », chaque Vendredi à 23h15 à raison de 2 épisodes quotidien. Avis, impressions … Après avoir eu l’excellente surprise à travers le portage vidéoludique, artistiquement impressionné par le Comics Original; concluons notre trilogie « découverte » avec la Série TV éponyme.

Il est à savoir que la Série TV « s’inspire » de la Bande-Dessinée Américaine. Et le terme n’est pas à prendre à la légère, car après comparaison, la format télévisé a cette fâcheuse tendance d’entreprendre des libertés discutables. Les titres, puisque Passé Décomposé fait référence à la présentation du Tome 1 du Comics, les personnages majeurs sont représentés par des interprètes au moins physiquement ressemblant … Parfait donc ? Cet avis que nous émettrons fera, à n’en point douter, suite à quelques débats. Les attentes étaient grandes, et justifiées, le résultat en est mitigé voire oubliable et non reconductible. Faute, peut-être au parcours et expérience vécue, autant dire que ce n’est pas tant le côté inspiration qui s’est avéré gênant mais bien cette sensation de, justement, ne pas avoir un ressenti indispensable au bon fonctionnement du principe The Walking Dead.

Comics Walking dead Serie TV
Artistique aussi frappant que l’œuvre Comics?

Dès les premières minutes, la reprise globale du contexte prend appui sur l’œuvre dessinée. A ce détail près que toute l’ambition artistique voire stylistique qui se dégage à la fois du trait très singulier de l’œuvre ou de sa retransmission Cartoon dans le portage vidéoludique … Est absente. Au mieux, ils sont filmés avec banalité et les personnages les plus remarquables ressortent indéniablement avec le lauréat des maquillages les plus vraisemblables et horrifiques à ce jour! On distingue, du moins dans ces 2 épisodes, un travail extrêmement secondaire, bien moins remarquable, se remarque sur les figurants …

La ressemblance des personnages est avant tout physique bien plus que sensiblement confondue. Il y a cette sensation que notre héros Rick, interprété par Andrew Licoln, n’est Shane que et uniquement par le costume qui lui permet d’arborer l’identité donnée. Sans quoi … Eh bien chaque personnage pourrait endosser le rôle. L’interprétation centrale laisse place à finalement peu d’éclat voire même à un certain ternissement de l’image héroïque qui pourrait se dégager de notre protagoniste. Certes, le charisme à la base n’est pas celle des plus connus des figures héroïques de l’univers Bande-Dessinée, mais on peut s’y attacher. On peut ressentir « quelque chose », s’y attacher, lire les bulles avec intérêt quitte même à faire abstraction des traits qui lui servent d’identité. Or … Dans une telle adaptation, d’autant que l’on ne parle pas d’une forme de « Roman Photos », l’acteur doit implicitement donner de sa personne. Lui, et les autres soit en somme ce que l’on nomme « un casting ». Peu de choses transparaissent, les dialogues non plus, quitte à servir un plat refroidi aux insultes 20 fois par minute.

Citation acteur walking dead serie tv
Ressemblance est-elle qualité d’interprétation ? … La Série TV aurait-elle honte de son personnage de « Dixon »?

On aurait pu placer quelques espoirs du côté des digressions qui permettent à la Série Télévisée d’avoir le statut d’adaptation. Il y a cette sensation que la pure créativité attendue est substituée par des ralentissements de l’action  (Cf. Premières minutes et scène FlashBack de Rick) des moments normalement supposés susciter le suspens (Cf. Scène de la jeune fille à la peluche) pour, en finalité, ennuyer le spectateur, l’agacer, le conforter dans ce qui était déjà attendu. Lorsque le spectateur vit l’ironie dramatique alors qu’elle était prévue comme un élément tout à fait différent … Ni une ni deux, l’effet tombe à l’eau. Ou est à enterrer dans le contexte.

Scénaristiquement, la formule avait été plutôt bien équilibrée vis-à-vis du Tome 1 du Comics Walking Dead : en un peu moins d’une centaine de pages, le lecteur en découvre bien qu’en un seul épisode. Un format d’environ 45 minutes où l’action se perd dans les détails; met du temps à se dévoiler, et doit par exemple attendre un nouvel épisode afin de dévoiler les principaux ressorts et bases de « compréhension » de ce déroutant univers Post-Apocalyptique. Pour exemple, nous pensons notamment à la fameuse scène d’explication où l’odeur des « vivants » doit impérativement se confondre à celles des Rôdeurs : il est nécessaire d’attendre l’épisode 2 et une scène mélo-dramatique où le peu de profondeur des dialogues en est presque risible …

Notice Walkers Walking Dead Saison 1
L’univers est, il faut l’avouer, respecté à 100%. Mais l’impression qui en ressort ? Un univers qui ne sert que de support et qui se trouve, pour le moment, peu associé à nos personnages.

Toute l’originalité et la crédibilité, effacées en moins de quelques paroles qui ressembleraient très fortement à ceci :  » […] Il était comme nous. Lorsque je retrouverai ma femme, je lui parlerai de Wayne. C’était un gars bien. » (Episode 2 – Saison 1) 2 secondes plus tard, hache à la main, une bonne découpe commentée de « Beurgh », « Wharg. Je vais vomir » se dégage de l’assistance. Oui … Mais personne n’a pensé à se retourner pour ne pas voir la boucherie en action ?

– 16 ans étant la recommandation CSA imposée en France. Elle devrait l’être au moins, en grande partie pour la « force » de ces dialogues plus que par son « horreur ». Mention spéciale au caricatural Dixon : croix au poignet; sniper au chargeur illimité qui enchaine les morts-vivants à coup de cartouches … Inédit et introduit spécialement à l’œuvre télévisée, leur intérêt est parait-il incroyablement fondateur pour ce portage ! Dommage, peut être, car l’incipit est plutôt fade, plutôt « Texan » dans le jeu de dialogues racistes et l’exagération. Pire encore, à travers un personnage transparait tout le manque d’ajustements qui font toute la différence perceptible dans les autres œuvres parues à ce jour : l’apparence physique laisse place à une fonction caractéristique du personnage (Dixon, vilain par rapport au reste du groupe, sera menotté par le Policier loyal de Rick); l’aspect de la survie globalement floué au profit de dialogues aussi vides que des coquilles. N’oubliez pas que le suspens tient à … très peu de choses dans ces éléments de nouveauté. De toute évidence, dès le second épisode, le chemin narratif est réalisé de sorte à concentrer les acteurs dans une zone urbaine, visant fondamentalement à constituer une forme de dynamique, en évitant habilement de se concentrer à l’essentiel.

Spoilers Saison Walking Dead Serie TV
Une Série TV qui a l’ambition de révéler une part inédite pour omettre une forte cohérence … ?

Est-ce dû à la comparaison – inévitable – avec l’œuvre originale ? Ou l’habitude ou d’être en contact avec des séries entièrement inédites, de A à Z avec Breaking Bad récemment consulté ? On ne pourra cacher notre déception, constater ce en quoi l’entreprise dictée par l’œuvre originale et se sentant suffisamment ambitieuse pour en révéler des parts implicites et non dissimulées apparait être une des pierres angulaires … Est-ce, aussi, probablement, un effet d’attente légitime dans la manière de retranscrire avec autant de singularité l’idée centrale de Walking Dead Comics ? Quoiqu’il en soit, objectivement, les pivots qui assurent toute la spécificité ne sont pas mis en relief ou du moins ne sont pas menés avec le plus grand des brios pour susciter une forme de caractère unique à la Série TV au sein de cette Saison 1. Du côté des effets spéciaux, les quelques gros plans restent surprenants au moins aussi troublants que l’indique l’imaginaire à la lecture des pages de la bande -dessinée. Quoique, comme souligné, il ne faut pas être attentif à l’ensemble des figurants.

Hypothèse sur hypothèse, ce jugement apparait être du moins définitif en ce sens que, dès les premiers épisodes, une sorte de point d’accroche s’il n’est pas visuel se doit au moins d’être scénaristique ou musical. Or, à deux reprises … Rien n’a poussé le téléspectateur que je suis à poursuivre ni même à se rendre curieux de la suite. Car, à cette signification, aucune démarcation s’il n’a été que dans les effets spéciaux, ne s’est dégagée. Est-ce-à dire que l’univers est déjà très connu, a déjà été visité ? Sur le Blog La Maison Musée, on se partage quant à la signification effective de cette déception. Au fond, elle nous a semblé du moins autant qualitative que comparative et rapidement à oublier d’un point de vue personnel.

Publicités

10 réflexions sur “[Serie TV] The Walking Dead – Être mort ne suffit pas ?

  1. Avec un sujet série tel que celui-ci, c’était sûr que tu allais me raccrocher ! 😉 Surtout que je suis la série plutôt régulièrement avec madame
    (J’ai fait une critique « humoristique » de la saison 2 : http://lacavernedelanfeust.wordpress.com/2013/01/06/walking-dead-saison-2-mon-avis/
    et une plus « sérieuse » de la saison 3: http://lacavernedelanfeust.wordpress.com/2013/05/10/critique-the-walking-dead-saison-3-zombies-forever/)

    Après, je te rejoins entièrement sur le fait que par rapport au Comics, on est loin (très loin!) tant niveau qualité que quantité et plaisir. Et je comprends qu’on ne puisse pas accorcher (à dire vrai, je comprends moins l’engouement incroyable que cette série à aux USA, d’ailleurs).

    Je pense qu’on ne peut apprécier la série TV Walking Dead « que » en acceptant de voir un show grand spectacle, sachant qu’il sera distrayant mais fade et très peu riche niveau scénario. Perso, j’aime bien car je n’en attends pas grand chose d’autre, et on regarde ça en rigolant avec ma femme. Mais les trop grands fans du comics (comme tu es peut-être?) ont par contre eux plutôt intérêt à passer leur chemin, vraiment !

    (Tu m’excuseras les liens,dans le comm’, loin de moi l’idée de faire du racolage mais ça se mettait carrément dans le sujet ici !)

    1. Effectivement, pour passer du temps sans trop réfléchir, ça passe tout à fait … Et la comparaison vis-à-vis de l’œuvre originale y est pour beaucoup car la qualité du dessin est assez percutante. Du moins durant le 1er tome, le style reste très frappant. Quoiqu’il en soit, je pense qu’il y a moyen d’aborder la série d’un œil un peu moins sérieux, dont celui du pur divertissement … Mais, de façon personnelle, ça n’est pas encore un motif assez intéressant pour mériter une attention régulière.

      (Pas de soucis pour les liens ! Je crois que tu t’étais déjà excusé sur un autre billet … Vraiment, ça ne me dérange pas ! Sauf que WordPress n’hésite pas à souligner et retarder l’approbation automatique du commentaire car il contient un lien. Sinon je n’y vois pas d’inconvénient(s). 😉 )

      1. Oky, c’est noté pour les liens. Juste pour éviter de donner l’impression de « marcher sur les plates bandes des autres ».

        Effectivement, je comprends tout à fait « ça n’est pas encore un motif assez intéressant pour mériter une attention régulière. ». Surtout pour quelqu’un fan du comic. Perso, on regarde avec ma femme et c’est du 2ème (voire 3 ou 4ème) degré. Et déjà comme ça, tous les épisodes ne valent pas le coup. Ce qui est le plus dommage, c’est cette tendance – bien américaine – de prendre le spectateur pour un débile profond. Un écueil que le comic a parfaitement évite en plus !

  2. Je n’ai pas lu les comics mais personnellement je trouve la série bonne malgré quelques incohérences par moments. Je ne suis pourtant pas amatrice du genre mais j’ai vraiment bien accroché et je trouve l’histoire et les aventures des différents personnages très prenantes. Après même s’il s’agit d’une adaptation du comics je ne suis pas très étonnée qu’elle se détache de la BD. Cela me fait également penser à True Blood qui au départ était très liée à la série de romans mais plus on avance plus il y a de différences entre la série et les livres.

    1. Les vampires et moi … On ne fait pas spécialement bon ménage … 😀
      A propos des lenteurs, si elles sont des réminiscences/clins d’œil à ce que peuvent être nos Zombies adorés; il y a cette fâcheuse sensation de « remplissage » sans aller pour autant dans les détails (Comics, jeu et série semblent très obscurs sur les raisons de cette contamination) concrets.

      Par exemple, en regardant le 1er épisode, j’ai été frappé que la Série TV choisisse de « dévoiler » les évènements précis de la fusillade. (Discussion anecdotique, déploiement de la herse, discussions sur leurs femmes respectives …)

  3. perso la série se regarde bien, même si des longueurs sont présentes comme tu l’as indiqué. Mais il est vrai que le comics est 100% plus percutant, voire plus trash … un peu comme si tu vois une vidéo sur les soldes de Virgin et le fait de les vivres avec cette horde de zombies assoiffés de biens de consommation (voir ici un post plus éclairant sur la nature humaine et les questions que soulèvent une oeuvre comme Walking dead : http://octopaddle.wordpress.com/2013/05/18/charognards-et-violence-ordinaire/ ) 🙂

    1. Oui ! J’ai déjà entendu/lu la tenue d’évènements où des figurants se glissent dans la peau de morts-vivants ! Ce Week-end à Lille il y a eu une « Zombie Walk » …

      Sans être un accro’ de l’action frénétique, je m’attendais à plus de choix et peut-être plus de répercussions émotionnelles : à la manière du jeu Telltale Game par exemple. (Qui est … Hardcore à certains moments …)

  4. Je n’ai vu que le pilote et j’ai un peu eu le même sentiment et pas forcément envie de voir la suite : un univers déjà connu quand on a vu un certain nombre de films de zombies, des persos un peu fades, mais je pense quand même aller jusqu’au bout de la saison 1 pour me faire une idée plus précise car un épisode c’est un peu juste 🙂

    1. Le ressenti global étant une lenteur trop importante dans le déroulement du récit, parsemé de poids à la captation de l’intérêt.

      Essaye de regarder au moins la première saison, peut-être, mais globalement, si l’intérêt n’est pas suscité dès le 1er épisode, alors qu’une série est conçue pour avoir un déroulement narratif ample et intrigant justifiant la non adaptation immédiate en film; c’est plutôt « mauvais signe ».

      Je te recommanderai surtout d’essayer le Tome 1, Passé Décomposé, assez impressionnant dans ses choix artistiques et à la narration plus soutenue.

Réagir à cet article ? Postez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s