[Série TV] Breaking Bad – Chimique et addictif

Breaking Bad Final

Il aura fallu regarder la 65e Cérémonie des Emmy Award, en parler avec des connaissances et amis, voir le nom Breaking Bad porté comme une étendard immanquable  essaimé comme des petits pains sur les nombreux designs de sites de vente de Tee Shirt (Qwertee & TeeTee.eu) pour prendre conscience du potentiel de Breaking Bad. La fin de Dexter proclamée il a fallu trouver et jeter une nouvelle ancre dans l’univers de la Série TV : ce fut Breaking Bad dans une Saison 1 engloutie en quelques jours.

La curiosité ? Elle doit au moins remonter aux seules diffusions en France sur chaines publiques; Arte fut l’unique en 2011, a faire   l’immense effort de diffuser quelques épisodes de la saison 3 … La recette n’avait pas prise : décousue, malencontreusement maladroite par sa diffusion : le coup de cœur n’avait pas pris puisque Breaking Bad use du support TV pour développer un univers réaliste, baigné dans l’humour noir, d’une performance au moins autant scénaristique qu’au niveau du jeu des acteurs. Une perle ?

Le scénario de Breaking bad se résumerait comme une croisée des maux du siècle : le cancer; l’univers des stupéfiants; les difficultés financières; la nécessité de s’en sortir et passer, malgré tout, un premier pied dans l’illégalité sociale. Walter White (Incarné par Bryan Cranston) est enseignant de Chimie dans un Lycée du Nouveau-Mexique. La vie de notre homme suit une vie des plus traditionnelles, partagée entre la vie de famille et les difficultés financières. Pour cela, notre homme s’efforce à apporter du « beurre » dans les épinard en multipliant les petits boulots en dehors du seul travail de Professeur afin de ne pas précipiter la situation financière dans un gouffre de la dette. Tout ceci était possible … Jusqu’à ce que Walter White soit diagnostiqué et souffrir de l’un des maux du siècle : un Cancer du Poumon incurable.

Acteur Emmy Award 2013
Un Professeur, Walter White, (Bryan Cranston) fera équipe avec un ancien élève, Jesse Pinkman (Aaron Paul) pour former un duo atypique …

Le temps est compté; le seul revenu de la famille repose sur le travail de Walter et, de surcroit, tout réside dans la difficulté de traiter ce Cancer. A commencer par le système de santé Américain, pointé directement du doigt; où chaque consultation s’établit à des sommes records : 40 000$; le prix d’une chimiothérapie; 4 000$ pour une consultation … Vous l’aurez rapidement saisi : Walter White doit faire face à une mécanique à fond percé, où la santé a un prix et celui des économies de la famille. White sait, aime sa famille, cache la maladie, change peu à peu de la routine bien rangée (Voire « coincée ») d’un professeur droit et réellement perçu comme un modèle de vertu. Car il sait et doit saisir le temps restant pour offrir un futur au moins stable à sa femme Skyler et son fils Walter Jr.

Quelque peu par curiosité; au cours d’une banale réunion de famille, Walter discute et voit un reportage avec son beau-frère Henke : les arrestations et destructions de laboratoires clandestins de Méthanphétamines. La « Meth » sera le nerf de la guerre, l’objet de rencontre avec son ancien élève Jesse Pinkman, sauvé in-extrêmis d’une perquisition musclée d’un laboratoire de cette drogue. Seulement, cette drogue fait l’obiet d’une demande si forte que le prix de revente vaut plusieurs salaires. Va naitre une association unique : celle d’un Chimiste aguerri, Walter White, et de l’autre pendant de l’association, la dimension de revente/commercialisation/connaissance du milieu par Jesse Pinkman. L’originalité du duo ? Proposer une drogue estimée à 99,1% de pureté, loin des coupures ou substitutions sur ce marché, lui conférant l’aspect coupant et curieux de bouts de verre ou communément appelés « Crystal ».

Breaking Bad Saison 6
Un pas dans l’illégalité … Ou le sens de Breaking Bad : « Merder », « Prendre le mauvais chemin ».

Vince Gilligan a créé une série sans concessions, depuis 2008, au rythme maitrisé. Humour noir (Episode de la baignoire); méfaits de la « Meth » (Hallucinations; extrême violence; naissance de la paranoïa; changements physiques) ou encore frontière très complexe entre le seuil de la légalité et de l’illégalité sans oublier les difficiles phases d’un cancer (Physiques; traitements; comportement …). En ce sens, l’expression « Breaking Bad » prend tout son sens ; d’un homme droit et irréprochable, Walter White va adopter un caractère bicéphale qui va l’amener à emprunter un tout autre chemin : un défi à l’autorité légale, celui voué à tous les risques, et à briser les schémas habituels. Une « double vie » qu’il est, loin de là, simple à conjuguer entre la vie familiale devenant de plus en plus espacée et distancée et celle de la fabrication de « Meth » et son lot de mésaventures.

Succès critique et médiatique s’il en est, la « recette chimique » fonctionne à travers des acteurs « méth »aphorsés : si l’on connait Bryan Cranston principalement pour son rôle du père de Malcolm dans la série éponyme diffusée sur M6;il faudra désormais le reconnaitre pour son rôle central dans Breaking Bad tant le personnage regorge de complexité et se dévoile d’une façon très singulière : changements de caractère par les phénomènes vécus; des pieds dans l’illégalité de plus en plus insoupçonnés et filmés comme naturels … Récompensé à l’époque durant la Série TV Malcolm (Comédie); Bryan Cranston franchit un nouveau pas dans sa carrière par le biais d’efforts considérables pour rendre limpide cette interprétation dramatique, parfois comique, mais aussi violente, sombre … Toujours dans le rôle d’un père de famille. Ce talent a été récompensé de façon personnelle trois années successives pour cette série, de 2008 à 2010, dans la récompense prestigieuse du Emmy Award du « Meilleur acteur dans une série télévisée dramatique« .

Aaron Paul, que l’on connait moins sauf pour quelques apparitions furtives dans les séries télévisées connues aux USA, (Bones, Les Experts …) dessine une personnalité secondaire de premier plan en épaulant Bryan Cranston : en termes simples il apparait comme un complément de premier choix, probablement le plus adapté. Lui-même est reconnu et salué pour l’un des rôles qui tend à devenir le plus important de sa jeune carrière pour se voir offrir des propositions plus populaires, dont la prochaine adaptation sur grand écran de Need for Speed.

Fin Breaking Bad
Hier, ce fut la « Der des Der » de la Saison 5 aux USA. (Ou Saison 6 pour d’autres)

Et alors « quoi » ? Qu’est-ce qui la différencie de tout ce qui pourrait déjà exister ? Presque tout. A commencé par un scénario tout à fait vraisemblable, basé sur des formules chimiques régulièrement basées sur des faits réels et cette mince frontière entre le métier et la nouvelle activité de notre Professeur droit et un brin routinier. Tout va « dérailler », non pas pour notre plus grand plaisir, mais pour une série qui commence tout doucement à 8 épisodes, à un rythme calme, pour s’enchainer sur une 2e Saison déjà amorcée à la manière d’une fusée.

« La chimie est tout ce qui change. » (W. White)

La chimie n’aura jamais été si agréable, si dramatique. Si le Périodique de Mendeleïev vous a ennuyé durant vos cours de Chimie, reprenez vos tableaux des matières et réviser quelques heures avec Mr Walter White pour un série conçue comme une apogée dont la fin, déjà pressentie, ne cesse de gagner en échelons à tout point de vue. Rarement le format « Série Télévisée » n’aura suscité autant de réactions; si bien que l’épisode d’hier soir, le dernier diffusé aux Etats-Unis, s’est conclu sur une apogée d’un peu plus de 60 mn … Et si la Série TV – Saison 5, acclamée d’un 99/100 sur Metacritic avait les ambitions du cinéma ? On peut le penser, avec légitimité.

Dans une des ères les plus propices à l’exploitation de la Série TV et à leur succès, tout porte à croire que le monde du petit écran se sert d’un support singulier pour une œuvre qui l’est tout autant. Originale, on la considère, déjà sur le Blog La Maison Musée, comme une référence à (re)connaitre.

Collector Integrale Breaking Bad
Les amateurs Français ne seront pas oubliés au mois de Janvier 2014 avec cette Edition Intégrale des 62 épisodes de la Série TV!

On ne pouvait que vous encourager à avoir la curiosité, ne serait-ce que le temps de quelques épisodes ou extraits, vous inspirer de la Série TV qui franchit bien des frontières. Le territoire Français et Européen ne seront pas oubliés en Janvier 2014, puisque Breaking Bad a été confirmé dans une Intégrale de haute-voltige en incluant TOUS les épisodes sortis à ce jour et quelques bonus à la fois de l’univers de la Série; mais aussi un documentaire exclusif de quelques 90 mn … Seul bémol à ce plaisir : un tarif assez « dissuasif » au premier regard; rapidement rentabilisé selon son contenu et sa qualité. Amazon.fr liste l’Edition Collector à près de 149,98 € … Tout ceci mérite bien réflexion !

Reste l’alternative d’essai via une Intégrale moins coûteuse et ne comprenant pas les derniers épisodes pour la moitié du prix. Comptez 69,99€ de l’essai pour découvrir la Saison 1 à la Saison 5.1 de Breaking Bad ! (N’incluant donc pas la Saison 5.2 et épisodes finaux de la série …) Comptez sur nous pour d’autres « idées », d’autres articles sur une Série TV qui capte actuellement notre vif intérêt !

Publicités

8 réflexions sur “[Série TV] Breaking Bad – Chimique et addictif

  1. C’est pour moi, la meilleure série de ces dernières années. L’histoire nous emmène dans des situations tellement complexes, inimaginables. Les acteurs sont vraiment fabuleux, tellement que je ne peux même plus concevoir qu’ils peuvent jouer d’autres rôles.

    L’Edition Collector donne drôlement envie. J’espère qu’ils en feront d’autres, avec par exemple de la fausse « meth » aha, comme des bonbons. x)

    1. On pourrait imaginer tellement de « Goodies » à propos de la Série TV … Celle d’un tonneau miniature avec les « 6 Saisons » (Si l’on comprend la dernière saison comme une 6e Saison.) est plutôt bien adaptée ! 🙂

      Apparemment, Amazon ne propose actuellement plus de réservations … Je regrette un peu d’avoir pris énormément de temps à me décider mais disons que 150€ représente de suite une certaine somme.

      Les mensonges de Walter semblent l’emmener sur un chemin tortueux qui prend tout le sens de la titulature de la série ! 🙂 En tout cas, je reste très assidu à la série … J’accroche terriblement !

    1. Je t’y invite « chaudement » d’autant que j’ai eu exactement le même parcours « Télévisuel ». Surtout; on restera surpris de l’interprétation très très particulière de Bryan Cranston, déjà excellent dans son rôle du Papa de Malcolm mais méconnaissable dans cet autre versant en « Père de famille ».

        1. Ce que j’en pense ? Difficile, je ne l’ai pas vu ! Je suis vraiment à la traine au niveau des épisodes et j’essaye de me couper de tout lien avec la série jusqu’au dénouement … Vu le passif du personnage, j’imagine et j’ai cru comprendre que le final a été critiqué sur un bon nombre d’aspects.

          J’attends une probable sortie Intégrale, normalement présentée sous la forme d’un coffret avant de savoir où non si les périodes de Noël seront utiles à l’achat de coffrets séparés … Bien que je compte voir un jour le final, j’attends le doublage Français.

          Et, dommage, mais les abonnés Canal + auront ce privilège dès la semaine prochaine ! (Saison 8 diffusée dès 20h50)

Réagir à cet article ? Postez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s