[Réception/Découverte] Artbook The Art of The Last of Us (Dark Horse)

Review The art of the last of us

Sortie officielle ce 02 Juillet 2013 de The Art of The Last of Us, l’artbook du jeu éponyme, revue en bonne et due forme sur le Blog La Maison Musée !

Comparaison stylistique adaptée : Dark Horse nous livre un livret Artistique composé non plus d’une forme de protège « livre » mais d’une couverture unie et d’une reliure plus épaisse. Plus pratique, moins facilement abîmable mais légèrement moins impressionnante que l’impressionnant Artbook BioShock Infinite.

Ecrivons peu mais surtout bien : ce livre fort de ses plus de 170 pages est-il à l’image parfaite du jeu lui-même inspiré graphiquement d’un summum artistique ? La réponse est évidemment oui … Mais, vous l’aurez  deviné, peut-être « moins » fouillé que l’univers de The Last of Us.

Contenu The art of the last of us

Un défaut compréhensible puisque l’on résume difficilement plus de 10h d’expérience vidéoludique et presque cinématographique en 170 pages. Qu’à cela ne tienne, l’ouvrage propose de nombreuses sections présentées par la table des matières. Attention : comme annoncée, pour les non-avertis, l’œuvre est uniquement en Anglais. Cela se répercute notamment sur les commentaires qui, à certaines sections, et notamment la première intitulée « Ellie and Joel », nous aurions apprécié des impressions de créations un peu plus sensibles, un peu plus personnelles et, finalement, quelque chose qui permet de mettre en relief les sensations d’un jeu pensé et songé depuis 2009.

Introduction The art of the last of us

Oui; The Art of The Last of Us n’est pas un ouvrage dénué d’intérêt puisqu’il recèle d’informations de créations que nous ne manquerons pas de mettre en évidence, mais l’on se dit qu’évoquer le temps de création débuté il y a presque 4 ans et être si peu bavard … Cela reste dommage pour un jeu qui s’impose à l’écran, au moment de nombreuses heures, comme quelque chose qui manque d’évoquer certains éléments oubliés dans « The World », l’une des ultimes sections normalement conçues pour faire la lumière sur quelques éléments au coeur du titre : les BD « Savage Starlight » sont, à notre grand regret, abonnées absentes.

Défaut rapidement estompé par le sérieux de l’ouvrage. Dès l’introduction, les problématiques du dernier né des studios Naughty Dog transparaissent dans l’ensemble des extraits artistiques proposés : avoir la lourde tâche (et le « Stress »!) de proposer un  jeu aussi complet; aussi exigeant et aussi réussi commercialement et médiatiquement que les franchises Crash Bandicoot (PS1) et, plus récemment Uncharted.

Ellie et Joel The art of the last of us

« Ellie & Joël » n’est autre que le premier et très cohérent chapitre de ce The Art of The Last of Us. En quelque sorte, le « fil rouge » de cette création estampillée Naughty Dog, indéniablement en toute cohérence dans le développement de la dimension Artistique. Rapidement dans le vif du sujet, le lecteur se confronte à de trop brefs commentaires, mais à des images inédites, à des détails de créations respectifs sur les héros de The Last of Us et … Littéralement, on apprécie à sa juste valeur les cheminements d’élaboration. A commencer par le personnage tout aussi attachant qu’Ellie : Joel. Avant d’être dans sa version définitive, de multiples projets, ébauches, évolutions sont proposées dans le but de se plonger dans le visage et les idées que Naughty Dog a voulu mettre dans ce personnage.

Beaucoup de joueurs semblent apercevoir une comparaison faite avec Nathan Drake & Joel. Si l’inspiration est possible, rapidement le livret artistique dément … Même si certains dessins (Cf. Noir & Blanc à droite) donnent parfois lieu à certaines poses de notre aventurier. L’inspiration est partout, mais le caractère semble assez dissemblable de par les expériences vécues distinctes, des aventures tout à fait dissemblables etc. Mais Naughty Dog est une grande maison !

A l’image d’autres Artbooks, on rentre dans une certaine intimité qui est plaisante dans le jeu-vidéo : en savoir plus sur une licence intéressante, sur laquelle la franchise n’apporte pas nécessairement toutes les réponses. Ici, au fil des pages, on ne cache pas son plaisir à savoir ce qu’aurait pu être Joel tel qu’il fut initialement envisagé; ses plus jeunes années mais aussi l’essai artistique de son vieillissement – naturel – dans le jeu … Puisque avec votre manette, vous apprendrez rapidement que l’histoire de The Last of Us se déroule sur au moins 2 décennies !

Ebauches Ellie The last of us

Ellie, complément de Joel, apparait plus détaillée. Si l’on retrouve notamment quelques extraits issus de l’Artbook présenté dans l’Edition Collector du jeu, une autre émotion se découvre au fil de l’aperçu, des premiers essais crayonnés … Le lecteur apprend également l’importance de la phase en noir et blanc – surtout pour Ellie – qui a été un personnage qui a subi de nombreuses modifications et transformations avant finalisation. Probablement vis-à-vis de son âge, l’émotion et le lien sont créés plus « facilement » face à des images qui façonnent un caractère et simplement … Une coéquipière à découvrir dans The Last of Us !

Quelques images esquissent l’inséparable et la définition d’un personnage par rapport à l’autre et permettent, en guise de premier aperçu, d’avoir un regard sensible sur ce duo.

Progression Solution The Last of Us

Naughty Dog donne une tonalité unique par une création exemplaire. « The Journey » explora exactement chaque « partie » et progression du jeu par de multiples Artworks. A le lecture de l’œuvre, il y a cette sensation naturelle que l’univers tient par une annotation « pas à pas » artistique. Qualité mais aussi « défaut » puisque l’ouvrage s’axe dans la « découvert » de The Last of Us par l’Artistique pour finalement … Révéler de nombreux rebondissements par l’image. Lecture conseillée après avoir joué voire avoir terminé la dernière création des Studios Naughty Dog !

Prologue The Art of The Last of Us

Une progression de lecture que certains jugeront trop linéaire, mais qui arrive à ménager et s’harmoniser par un mélange réussi entre description de personnages; idées derrière la conception et leur entrée en scène dans un décor qui, lui aussi, se doit d’être défini par une atmosphère appropriée, une ambiance qu’il a fallu retranscrire. Toute la difficulté d’angoisse; de « fin du monde »; doit se sentir dans chaque création. Le défi a été relevé, mais non sans un souci de « jusqu’au boutisme » parfaitement admirable. Un travail qui doit manier suggestion, personnage, lumière et surtout donner une cohérence à un décor. Tel serait le rythme des pages se défilant/dévorant à une vitesse folle.

Fait marquant : Sarah et son design seraient nés de la juxtaposition vocale et physique de l’actrice qui est derrière le personnage. Comme quoi, surtout dans The Last of Us, cette sensation d’avoir un film interactif n’est pas une impression anodine et a même plus loin que ce que l’on pourrait facilement imaginer.

Artwork Zone de Quarataine The Last of Us

Ce changement radical d’ambiances se fait dans le jeu et avec aisance dans ce livret artistique. Toute la difficulté reste dans la progressivité des faits avec; d’une part, quelque chose d’angoissant à l’oppression totale symbolisée par les moyens officiels ou non, les menaces causées par l’infection de ce fameux champignon – réel – du Cordyceps …

Zones de quarantaine où (sur)vivent les quelques survivants : quelque chose de lourd, d’urbain mais dénué de la vie au sens où pourrait l’entendre le sens commun : la joie, le bruit, est remplacé par l’impersonnel; la contamination et la détermination d’un être infecté ou non. En bref, un second univers marqué par la grisaille, une vie de substitution.

Metro The Last of Us Artworks

Rapidement, des teintes plus sombres mais dotées de lumières suivent ce chapitre, premier du jeu à servir de large tutorial pour rentrer dans des ensembles moins rassurants mais … Où une autre vie est peut-être possible. Difficile d’ailleurs d’évoquer entièrement l’ensemble des autres sections du livre tant elles suggèrent parfois nombre d’informations qui gâcheraient l’expérience totale The Last of Us.

Il est possible de se permettre quelques « secrets » de fabrications sur les personnages tout en y apprenant que Tess, amie de Joel en Zone de Quarantaine, fut surtout pensée et conçue comme un personnage qui devait être, au niveau du charisme et de l’importance scénaristique, au moins aussi importante que le personnage masculin accompagnant Ellie. La grande élégance de ces images reste leur ressenti sur le lecteur : peu à peu, par les teintes utilisées, par les personnages en scène … On sent que l’action débute, qu’elle prend un envol intéressant et laisse envisager le plus intéressant. Il y a cette impression de « revisiter » sous un autre angle une œuvre parcourue « vidéoludiquement ». Un régal.

Bill's Town The Last of Us

« La survie à tout prix » n’est pas seulement la devise des héros favoris d’Ellie, mais aussi la situation d’autres personnages mémorables, présentés par leurs atouts. Ici, nouvelle section introduite par la zone et carte de « survie » de « Bill ».

L’univers se dévoile petit à petit par des personnages clefs, bien entendu, sans oublier de multiples personnages secondaires qui ont le mérite d’être eux aussi, des acteurs d’une autre vie. Ils ne sont pas oubliés et, au contraire, consacrés dans l’ouvrage.

Pittsburg The Last of Us

Pittsburgh est, à mon sens, réellement l’envolée et le moment central où l’aventure prend ses lettres de noblesse. Multiplicité et variations de teintes, d’environnement, de paysages, de culture … Si Joel a connu la vie « avant » la survie, Ellie a tout à apprendre culturellement. Cette partie arrive avec brio à faire ressentir cette émotion à la lecture de commentaires succincts.

Culturellement, le joueur/lecteur comprend les vestiges d’un univers; s’inspire d’une part de beauté dans l’entrée du superbe Opéra. Vraiment, les yeux et les sensations se ravivent à de tels décors. Encore une fois, pour éviter le Spoil, cette section a été raccourcie étant très explicite sur la relation vis-à-vis d’autres personnages, sensibles à votre quête de survie.

Le reste de l’aventure, si le cœur vous en dit et si vous avez dépassé ce stade de jeu, est à découvrir sous un ensemble vaste d’images tirées uniquement de The Art of The Last of Us. Un régal, certes, mais souvent révélateur de l’intrigue progressif du jeu The Last of Us. Quoiqu’il en soit, n’hésitez pas à apprécier, le but est là !

Infectes Artwork The last of us

Les Infectés à l’honneur – ou plutôt au dégoût – dans une section qui fait suite à « The Journey ». Certains joueurs ont rapidement réalisé un rapprochement avec The Walking Dead voyant en eux de vulgaires zombies. La nouveauté dans le recyclage « Zombie » reste leur parfaite unicité explicitée au cours des dessins : le champignon responsable de la contagion étant une dégénérescence, chaque « Infecté » apparait comme unique. En outre, dotés d’intelligence puisque capables de vous repérer grâce à l’écho sonore … Une horreur pour leur échapper.

Naughty Dog dévoile quelques secrets de coulisses à leur propos en ayant envisagé, dans les premiers essais, quelque chose plus proche du côté « Horror » que jamais … En s’inspirant d’une transformation tirée tout droit de l’univers Alien. Beurk.

Univers de The Last of Us Artwork

Notre déception évoquée en introduction nait de cet aperçu assez mince sur un univers que l’on sent tellement fouillé, tellement rempli de clins d’œil, d’inspirations libres à d’autres jeux ou faisant librement office de références dans le jeu même … Que l’on s’aperçoit qu’en près de 6 pages, le contenu ne suit pas forcément.

C’est d’autant plus regrettable que le jeu gagne réellement en profondeur grâce à ses BD « Savage Starlight », à ses affiches de film « Dawn of the Wolf » (Inspiration Twilight ?) entre autres, que l’on aurait été en mesure d’attendre davantage.

Publicite The Last of Us

Surprise cependant de cette section « Marketing », qui est de loin l’une des plus intéressantes dans la réussite commerciale, médiatique et l’effort colossale publicitaire qui a été réalisé pour, ce qui semble être, le dernier jeu à sortir sur cette génération de consoles. On y aperçoit l’ensemble des processus de création pour les magazines très connus de GameInformer; les fameux Artworks connus de chacun … Et même nombre d’images distribuées officiellement sous la forme de lithographies ou ornant les Edition Collector !

Illustration assez inédite en outre, d’un Poster distribué et designé officiellement au moment de l’évènement du PAX : prenant des allures d’affiche cinéma; tous les éléments du jeu étaient placés pour donner un aspect unique à cette image authentifiée par les studios Naughty Dog. Comme quoi …  On vous avait promis que cet Artbook disposait d’informations particulières !

American Dreams The art of the last of us

Encore moins attendu peut-être que ce développement final sur l’univers du Comics The Last of Us distribué avec l’Edition Collector du jeu ou distribué par la chaine de Magasins Micromania en France. Histoire de prouver une fois de plus que l’ensemble des univers qui relient le jeu aux autres n’a rien d’incompatible, sont proposés quelques extraits de la Bande-Dessiné, mais aussi quelques explications et évolutions sur le personnage d’Ellie.

En guise d’introduction dans le Numéro #1, Ellie est un autre personnage qui semble avoir fait énormément de chemin avant de rencontrer Joel et d’être une adolescente qui craint la solitude.

Poster The Last of Us PAX

Si l’ouvrage est à envisager comme un parfait complément pour poursuivre l’aventure The Last of Us au-delà du jeu vidéo, l’Artbook est indéniablement une réussite. Autant pour les yeux; le nombre de pages, sa qualité et sa cohérence. Toutefois en Anglais – accessible -, on regrettera de voir dans l’ouvrage comme un manque de profondeur notamment dans l’univers totalement inédit créé par Naughty Dog. On aurait aimé en savoir plus sur l’ensemble de cet univers, avoir un ouvrage peut-être plus « bavard » dans des descriptions parfois « lacunaires ». Qu’importe … Tant l’ensemble est soigné et est réellement plaisir.

Merci Naughty Dog d’avoir eu l’audace de concevoir quelque chose de nouveau et d’incroyablement imaginatif. Si bien que l’on ne serait pas contre poursuivre l’aventure The Last of Us …

Il n’est pas encore trop tard pour essayer d’avoir son exemplaire (30,88€ – Amazon.fr) Surtout si l’univers vous apparait particulièrement riche, n’hésitez pas à franchir le pas puisque l’ouvrage apparait comme un digne prolongement de l’aventure.

Publicités

11 réflexions sur “[Réception/Découverte] Artbook The Art of The Last of Us (Dark Horse)

    1. … D’où ce niveau d’exigence et petit bémol. Cela dit, cela reste de belle qualité. N’hésite pas à jeter un coup d’œil aux différents aperçus trouvables ici et là sur Internet (Site officiel Dark Horse) et, bien évidemment, le Blog La Maison Musée ! 😉

  1. Bravo pour cet article qui donne envie de jouer au jeu et de découvrir les trésors que recèle ce livre même si – comme beaucoup d’autres ouvrage de ce type – on semble rester un peu sur sa faim.

    1. Sur ce livre, tout à fait. Mais comme rédigé dans l’article, ce sentiment nait légitimement face aux nombreux clins d’œil, à l’ensemble de l’univers travaillé, aux menus détails qui permettent au jeu d’avoir une sacrée force … En plus d’intégrer et de permettre une « immersion totale ».

      Désolé de t’infliger cette tentation continuelle avec The last of us … 😛

    1. Merci !

      Un beau prolongement du jeu, exactement le sentiment qui nait à la découverte de l’objet. Aucune extravagance dans sa réalisation, moins que BioShock Infinite qui jouait beaucoup sur du contenu inédit, sur un livre qui faisait réellement objet de collection … Cela dit, en ta situation, il sera un complément rêvé au Guide Collector ! 🙂

Réagir à cet article ? Postez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s